Le calamar est également appelé calmar, encornet, cornet, chipiron ou supiron. C’est un espèce qui mesure de 30 à 40 cm sans les tentacules. A l’âge adulte, il peut atteindre jusqu’à 50 cm. Son poids est généralement entre 300 et 700 g.
Lorsque le poisson se fait rare, le calamar permet de prolonger la saison de pêche de manière simple et ludique durant l’hiver.
Pour maximiser vos chances, préférez le coucher ou lever de soleil. Toutefois, la nuit reste le moment le plus favorable. Mieux encore, privilégiez les nuits de pleine lune.

L’hiver: Décembre, janvier, février

La saison du calamar est à son apogée en cette période : il se déplace en pleine eau au gré des courants. Néanmoins, il est aussi possible de le trouver près de la surface ou sur le fond où il reste immobile en attendant qu’une proie passe à portée de tentacules. Du bord, on le rencontre surtout dans les embouchures, les épis, les falaises et dans les ports.
Toutefois, prêtez attention aux conditions météorologiques souvent défavorables à cette période car le calamar y est particulièrement sensible. En effet, en cas de forte pluie ou d’orage, il a tendance à fuir vers le large. Il est donc préférable d’éviter les intempéries pour mettre toutes les chances de votre côté.

Le printemps: Mars, avril, mai

En cette période, c’est dans la Manche et en Mer du Nord que vous aurez le plus d’opportunités de pêcher le calamar.

Juin, Juillet, Août

Pour cette espèce à cycle court, qui meurt après la reproduction et survient après un ou deux hivers, la saisonnalité est très marquée et l’été ne permet pas de faire de belles prises.

Septembre, Octobre

C’est en Atlantique qu’on peut augmenter les chances de pêcher des bons calamars durant les mois d’automne.

Novembre, Décembre

Pendant l’hiver, la Méditerranée devient le terrain de pêche idéal. On pêche alors le calamar à l’épuisette avec la technique dite du « lamparo » qui consiste à l’attirer par la lumière.